Mémoire : « Cinéma et jeune public : programmation, autocensure et médiation »

Université Sorbonne- Nouvelle – Paris 3

Mémoire final

De Master 2

Mention : Études cinématographiques et audiovisuelles

Spécialité : Master professionnel

« Didactique de l’image : art de la transmission et production d’outils »

Cinéma et jeune public : programmation, autocensure et médiation

De Mathilde Boissel, sous la direction de Perrine Boutin, mai 2014.

 

Ce mémoire traite de la notion de « cinéma jeune public ». Il se propose d’étudier les différents facteurs – artistiques, sociaux, psychologiques, contextuels – susceptibles d’entrer en cause dans le choix, ou au contraire dans la censure, de films que l’on destine à un public de jeunes spectateurs, qu’il s’agisse de groupes scolaires, de loisirs, ou bien de publics individuels. Quels éléments entrent en jeu dans le jugement d’une œuvre considérée comme « délicate » à aborder avec des enfants ? Ces réticences seraient-elles à surmonter ? Et quelles sont les limites ? Au cœur du terrain, cette recherche interroge aussi les pratiques du médiateur cinéma jeune public, son rôle dans la salle, et la nécessité d’un accompagnement pédagogique autour des séances jeune public.

Cette étude se base sur l’analyse d’entretiens menés auprès de plusieurs professionnels de l’éducation au cinéma et d’une pédopsychiatre, principalement actifs en Île-de-France. Elle est approfondie et complétée par la lecture d’un corpus varié et enrichie de mes expériences personnelles et professionnelles.

 

Mots clés : Jeune public – Cinéma – Programmation – Autocensure – Médiation – Image – Pédagogie – Éducation – Médiateur – Spectateur – Enfant.

En consultation libre : Mathilde Boissel – Mémoire – Cinéma et jeune public